top of page

Ah ! Ce sentiment d'imposteur

Ah, Ce sentiment d'imposteur !

Avoir/entraîner un chien d’assistance, ça amène son lot de défis. Avoir un chien d’assistance pour une condition psychologique ou médicale invisible, ça veut aussi dire que l’on rend le tout « visible » aux yeux de notre entourage, aux yeux de tous.

Personnellement, je n’ai jamais entendu quelqu’un demander à un individu en fauteuil roulant accompagné d’un chien « pourquoi tu as un chien d’assistance?

Leur déficit étant physique, donc visible, est clair et la présence du chien d’assistance est donc automatiquement justifiée auprès de tous. (Presque tous…) Par contre, lorsqu’un individu vivant avec une condition psychologique ou médicale comme toi se présente avec un chien d’assistance, il est rare de pouvoir sortir sans entendre « Tu es famille d’accueil ? Dans combien de temps le redonnes-tu ? Tu entraîne le chien pour un aveugle ? Pourquoi tu as un chien d’assistance ? Etc. Vu que ta condition est invisible, le sentiment de devoir se justifier est présent. Saches, qu’en tout temps, tu as le droit de ne pas avoir envie de partager ces informations personnelles à monsieur madame tout le monde.

D’une part, tu peux avoir le sentiment de vouloir conscientiser les gens au fait que les maladies, les handicaps ne sont pas tous visibles et de les sensibiliser à propos des chiens d’assistance psychologiques / médicaux, mais d’une autre part, ce moment peut venir très difficile pour toi et apporter son lot d’émotions, de réactions et de stress. Si tu as un accès public avec ton chien, je t’ai probablement fait parvenir des petites cartes de sensibilisation à remettre aux gens. Ces cartes, c’est un passe-partout pour pouvoir informer les gens sans avoir à leur parler directement.

Toutes ces questions posées par le public peuvent t’amener à faire certaines remises en question, à te demander si vraiment le chien d’assistance est la solution pour toi.

La santé mentale, les conditions médicales peuvent être caractérisées par des périodes de stabilité, d’amélioration mais aussi de détérioration dans les symptômes. Lorsqu’une amélioration survient, le sentiment d’imposteur peut apparaître en lien avec ton chien d’assistance.

« Ai-je vraiment besoin d’un chien ? » Ce n’est pas parce que ta condition est invisible que tes limitations sont moins importantes et que tu ne nécessites pas l’aide bénéfique d’un chien d’assistance. Si tu as fait une demande pour obtenir de l’aide afin de mettre sur pied ton projet de chien d’assistance, c’est que ta condition engendre des limitations d’ordre fonctionnelles et que les traitements médicaux et thérapeutiques ne t’apportent pas le soutien entier dont tu nécessites au quotidien. Tu as droit à une aide supplémentaire, tu as droit à l’aide d’un chien d’assistance, tu as le droit de te sentir bien et d’atteindre une meilleure qualité de vie grâce à un chien qui t’accompagne.


Si tu avais une basse vision ou un handicap physique t’empêchant de profiter pleinement de la vie, est-ce que tu remettrais en question ton droit à l’accompagnement d’un chien d’assistance ? Probablement moins. Est-ce que ton entourage et le public remettraient en question la présence de ton chien ? Probablement moins. Je me répète : l’invisibilité de ta condition ne fait pas d’elle une condition moins importante, tu as le droit aux alternatives qui te conviennent en matière d’aide.

Il est aussi possible que ce sentiment d’imposteur se présente lorsque tu réalises que l’accompagnement de ton chien n’est pas nécessaire dans toutes tes sorties. Le chien d’assistance est un « outil » (je déteste ce terme) qui peut te mener à une stabilité, une progression dans la gestion de tes symptômes quotidiens. La présence et l’intervention de ton chien peut t’amener à progresser plus rapidement dans les séances « d’exposition » et te permettre d’acquérir une certaine autonomie dans quelques lieux. C’est en effet possible que la présence de ton chien soit nécessaire pour aller faire les emplettes chez Métro, mais que sa présence n’est pas nécessaire pour aller chez Super C. Tu me suis ? Il est possible que tu sois plus à l’aise dans certains lieux et que d’autres endroits t’apportent plus d’anxiété. L’accompagnement du chien d’assistance, ce n’est pas magique. Ce n’est pas une béquille, c’est un atout pour te permettre de vivre un quotidien plus doux. Le chien ne fait pas disparaître les symptômes de l’anxiété, il te permet de prendre conscience de l’apparition de tes symptômes pour te permettre de mettre en place des actions concrètes afin de diminuer l’impact de ces symptômes dans ton organisme. Par exemple : Ton chien est entraîné afin de te donner un coup de museau sur les jambes lorsque tu les bouges frénétiquement. Cette action provenant de ton chien ne fait pas disparaître l’anxiété, elle te permet plutôt de prendre action afin de diminuer la montée d’anxiété (Prise de médication, sortir du lieu, demander au chien de se coucher sur tes jambes afin de faire baisser les hormones de stress par la pression de son corps, etc).

Il est donc possible que tu sois apte à aller à certains endroits ou faire des sorties sans ton chien, ne te sens pas mal de devoir justifier l’absence de Fido. Sois plutôt fier.e de toi puisque c’est un grand pas que de viser l’autonomie graduelle. Il est possible que d’autres sorties soient impossibles sans l’assistance de ton chien, ne te sens pas mal de devoir justifier la présence de Fido, c’est un grand pas que de mettre en place les outils nécessaires afin de viser un bien-être psychologique et physique.


Rédigé par Geneviève Baron Courcy

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page